#CLOM_REL_Objectifs – Quels objectifs pour ce CLOM ?

La question proposée pour la semaine 1 était de

Enfin, consultez les objectifs du cours et répondez à la question qui s’en suit : ces objectifs vous « parlent-ils »? Et surtout, de votre propre perspective, quelles devraient être les réalisations concrètes qui découlent du présent cours?
Je trouve très intéressant le fait de nous proposer ce questionnement. Cela nous inscrit d’emblée dans une dimension de co-construction : « voilà ce qu’on vous propose ; y adhérez-vous ? que suggérez-vous ? ». Ensuite, l’invitation à produire à 100 est ambitieuse. J’aime ! Enfin, c’est aussi l’idée que ce CLOM n’est que le commencement d’une plus grande aventure.

Les objectifs proposés

L’équipe du CLOM nous propose 5 objectifs :
1. Comprendre le potentiel de changement que présentent les REL et le mouvement du libre pour favoriser le partage et la solidarité qui constituent les valeurs de la charte de la Francophonie, et ce particulièrement pour le monde de l’Éducation
J’ajouterai également que l’ouverture permet la créativité et l’innovation, l’ouverture de la pensée. (cf Le contrecoup le plus négatif de la guerre au partage et son véritable objectif de Calimaq, via André Cotte)
2. S’approprier le concept des REL par la démonstration de son aptitude à les rechercher, les utiliser, les adapter, les partager et aussi en créer de nouvelles aux fins de les partager de nouveau.
Apprendre le concept en faisant, en le vivant. Le premier cMOOC, #CCK08, proposait la même chose. C’est l’une des raisons qui m’avaient donné envie d’expérimenter moi-même la conception d’un tel cours.
3. Comprendre les notions du libre et en quoi cette pratique suscite des bouleversements importants, voire des changements de paradigme dans des sphères aussi diversifiées que l’éducation, l’économie et la connaissance.
Ce qui est financé par l’argent public devrait être accessible gratuitement au public. Puisque ce sont mes impôts qui ont payé la conception de ces ressources, pourquoi devrais-je payer une deuxième fois pour y avoir accès ? Raisonnement simpliste ? Bon, je ne suis pas naïve au point de dire que tout ce que finance l’Etat devrait être ouvert. En revanche, les ressources produites dans le cadre de « l’éducation » et de « la connaissance » devraient l’être. Le droit à l’éducation est un droit fondamental (oui, encore eux 😉 ).
Sur ce point, je rejoins Jacques Dubois qui s’interroge « Ouvrir ses ressources, pourquoi ? ou pourquoi pas ?« 
Mais il est vrai que je connais peu les impacts que peut avoir le « libre » au niveau économique et culturel. Pour Jacques Fipa, « l’objectif de [ce CLOM] devrait être de mettre à disposition les REL pour une meilleure éducation dans les zones enclavées”. Mais comment le faire pour que ce soit vraiment à leur profit ? Comment éviter une nouvelle forme de colonialisme, celle par les idées ? Je ne pense pas que l’objectif de ce cours soit de « mettre à disposition » mais plutôt de travailler avec les enseignants/formateurs de ces zones à la conception de ces ressources. Restons dans la co-construction plutôt que dans la transmission 😉 qui garantit également une pluralité des points de vue et donc un enrichissement des idées. Je vous renvoie au commentaire de Jacque Cool sur le billet de Jacques Dubois, cité ci-dessus.
4. Édifier une communauté francophone des ressources éducatives libres qui assurera à la fois une veille stratégique dans le domaine ainsi que l’assurance d’un accroissement renouvelable de la capacité francophone en la matière.
En effet, beaucoup de choses existent déjà, de nombreuses personnes travaillent sur le sujet mais il me semble que ces projets sont assez dispersés, en tout cas dans le monde francophone. Comment fédérer ces initiatives ou, tout au moins, les identifier et les signaler ? Comment les rendre plus lisibles sans non plus tomber dans la centralisation… et l’usine à gaz ?
5. Jeter les bases d’une architecture technologique qui permette la croissance organique de la connaissance en matière de REL suivant les champs d’intérêt et les domaines d’application les plus pertinents à la communauté.

Là, j’y réfléchis encore 😉 Mais d’autres proposent des pistes intéressantes comme José qui dessine l’idée d’un site « tout sous la main ». Reste à définir le tout 😉

Ces cinq objectifs me parlent et rejoignent des questions que j’ai depuis un moment ou en font émerger.

Time_to_score

Quelles réalisations concrètes découlant du cours ?

  • Constituer un répertoire des dépôts de REL pour le supérieur

Une base de départ : http://cursus.edu/institutions-formations-ressources/formation/13493/repertoire-des-depots-objets-apprentissage-51/#.Uxi31vl5MYU pour lancer le chantier

  • Rédiger un dossier / une fiche abc pour les enseignants du supérieur expliquant l’intérêt des REL pour la société, pour leurs étudiants, pour eux ; où en trouver ; comment les produire ; comment les utiliser…

Dans un gazouillis, Corinne Lamarche a partagé le manuel de CoopTic : « Faire ensemble ! Manuel à l’usage des animateurs de réseaux collaboratifs » http://ebook.coop-tic.eu/ Le modèle me semble intéressant à adopter pour un dossier sur les REL.

  • Développer un site ouvert où chacun peut déposer ses ressources et peut améliorer celles des autres sur le modèle de Wikipédia avec possibilité de cartographier des parcours
  • Définir des critères d’accessibilité (handicap et connexion)
  • Possibilité de traduire les ressources, comme le suggère José.

Quelques questions en vrac

  • Mais sa réflexion m’amène à me demander comment organiser les ressources sur ce site « tout sous la main » qu’il propose. Il ne s’agit pas seulement de traduction mais d’ouvrir au dépôt d’une ressource dans la langue que l’on veut. Et dans ce cas-là, comment organiser les ressources ? Par niveau n’a pas de sens du moment où l’on ne partage pas tous le même système éducatif. Par sujet ? Pourquoi ne pas adopter alors un fonctionnement à la Wikipédia ? Et dans ce cas-là, pourquoi ne pas s’associer à la wikiversité plutôt que de tout réinventer ? Et en même temps, comment faire si l’on ne veut pas centraliser les ressources en un seul endroit mais juste les indexer ? Vous l’aurez compris, je réfléchis en tapant. Je ne connais pas vraiment ce projet de wikiversité mais je vais essayer d’en apprendre plus (et +1 objectif perso !).
  • Quels liens avec les établissements d’enseignement, de formation ?
  • Faut-il vérifier la qualité d’une ressource ? mettre en place un système de vote sur la ressource avec commentaires ?
  • Quelle licence ?

Je reviendrai probablement dessus au fil du CLOM…

Crédit photo : IDS.photos de Tiverton, Angleterre [CC-BY-SA-2.0], via Wikimedia Commons

About ActionsFLE