[ITyPA] Premiers pas dans un MOOC

Ca y est ! L’aventure ITyPA a commencé jeudi soir…

Une webconférence, 4 co-animateurs, 1 invité et quelques dizaines (centaines ?) de personnes suivant en direct… Des problèmes techniques, des surprises de dernières minutes…

Depuis, difficile de lâcher ITyPA : les collègues posent quantité de questions (« tu nous feras une présentation des MOOCs à la prochaine réunion ? »), les tweets fusent, mon pearltrees s’affole… Oui, vraiment, ITyPA a démarré !

On se croise sur le forum, on se répond sur twitter, on fait équipe sur pearltree, on se « re-scoope », on se « diigote »… La mayonnaise prend bien.

Mais jeudi, c’était plutôt : « mais que doit-on faire ? Où est le cours ? Faut que je crée un blog ? C’est quoi un flux RSS ? Les forums, c’est le bazar ! » Viennent ensuite très rapidement les premières entraides, les propositions de coup de main, l’apparition de tutoriels, entre participants.

Et là, on comprend ce que Dave Cormier sous-entendait en disant « Acceptez le noyage »… On se retrouve comme un poisson hors de l’eau : pas de cours « traditionnels », pas d’exercices, pas d’évaluation, pas d’assiduité obligatoire, un déluge d’informations éparpillées sur le net, pas de profs pour nous accompagner par la main pas à pas… A nous de nous débrouiller ! Mais pas seuls : les autres sont là !

Je dis « nous » parce qu’en tant que co-animatrice, je dois faire face aux mêmes exigences : sortir du cadre classique d’un cours, de ma zone de confort ; changer de posture, être à la fois animatrice et participante ; faire face à la quantité d’infos ; devoir repérer les blogs et autres espaces ITyPA qui se créent ; sortir de ma bulle sociale et professionnelle pour partager un maximum dans la newsletter quotidienne…

Quelle position inconfortable ! Sentiment d’insécurité des participants, d’être abandonnés, perdus… Envie de jeter une bouteille à la mer… et là, surprise ! Quelqu’un vous tend une bouée ! C’est ça, un MOOC ! Je prends l’image de la bouteille à la mer mais j’aime aussi celle proposée par Christine : L’arbre du MOOC,  où la bouée se transforme en corde : l’un est là pour assurer et aider l’autre, lui donner confiance et l’envie de grimper jusqu’en haut.

Un MOOC, c’est également une belle leçon pour lâcher-prise, que l’on soit participant ou animateur. Il faut accepter de ne pas pouvoir tout lire, de ne pas pouvoir répondre ou discuter avec tout le monde. Difficile quand on a tendance à être perfectionniste ! D’autant plus que cela nous replace face à nous-même : c’est à nous de faire nos propres choix, nous sommes forcés à être autonomes et à nous prendre en main. C’est de la responsabilisation imposée ! 😉 D’autant plus difficile à assumer que l’on nous laisse rarement la prendre dans notre société…

Je vous le dis, quelle aventure !

 

About ActionsFLE